L’assainissement pluvial correspond à la collecte et à l’évacuation des eaux pluviales en zone urbaine et au traitement de ces eaux lorsqu’elles sont trop polluées.

Il recourt soit à une collecte classique en canalisation et à un stockage éventuel en bassin tampon, soit aux techniques dites « alternatives », permettant une rétention, une infiltration, voire un traitement des eaux à la parcelle ou en espaces publics (noues, chaussées drainantes…).

L’objectif généralement retenu porte sur la réduction de la gêne occasionnée par l’écoulement des eaux de ruissellement ou par leur stagnation sur les chaussées et sur les parcelles pour des pluies fréquentes à relativement courantes (de l’ordre d’une période de retour décennale, c’est-à-dire l’épisode pluvieux dont la probabilité de survenue est d’une fois sur 10 chaque année). L’assainissement pluvial se différencie de la défense contre les inondations générées par les crues des cours d’eau et la submersion marine, appréhendée pour des épisodes pluvieux généralement plus rares, avec des enjeux souvent plus importants et avec des moyens de protection différents (des digues en particulier).

Depuis le 1er janvier 2020, l’Agglomération détient la compétence de gestion des eaux pluviales. Elle assure les opérations d’entretien, de conception, ainsi que les travaux de renouvellement et de renforcement de réseaux. Le territoire est couvert par un Schéma Directeur d’Assainissement pluvial, réalisé en 2019, définissant des actions de travaux prioritaires sur chaque commune.

Le saviez-vous ?

L’eau de ruissellement en espace urbain, notamment après une longue période de temps sec précédent l’épisode pluvieux, peut s’avérer aussi polluée que l’eau usée.
Le stockage de l’eau pluviale à la parcelle peut être l’occasion de la recycler pour l’arrosage et pour des usages sans risque sanitaire (voir l’arrêté du 21 août 2008 relatif à la récupération des eaux de pluie et à leur usage à l’intérieur et à l’extérieur des bâtiments) mais doit comporter les dispositifs nécessaires pour éviter la prolifération de moustiques (notamment par des moustiquaires).

Contact

Fanny Bousquié
Responsable hydraulique et usages péri-urbains
Pôle Eaux et Milieux Aquatiques
E-mail